27
Mar-2017

Médecine esthétique VS chirurgie esthétique

Saviez-vous qu’il ne faut pas confondre la médecine esthétique avec la chirurgie du même nom ? Moins risquée, moins invasive, son histoire commence après la Seconde Guerre mondiale. Ses techniques seront constamment renouvelées et ses adeptes toujours plus nombreux. Aujourd’hui, la frénésie ne se dément pas. Moins médiatisée parce que moins spectaculaire, la médecine esthétique continue à gagner du terrain sur la chirurgie pure, et sa naissance constitue le véritable point de rupture dans l’histoire des technologies de la beauté. Pour que jamais jeunesse ne se passe…
Chirurgie ou medecine esthétique
La chirurgie esthétique recouvre l’ensemble des opérations invasives, comme la chirurgie de lifting du visage réalisées sous anesthésie générale, visant à modifier des anomalies morphologiques, défauts ou dysharmonies physiques.
La médecine esthétique, ça serait plutôt « plus belle sans scalpel » ! Son but : la correction ou l’amélioration de disgrâces physiques, non pathologiques, avec une prise de risques minimale. L’une et l’autre ne rendent pas les mêmes services. Elles peuvent se succéder ou se compléter. Leur frontière est parfois ténue. La médecine esthétique regroupe des interventions comme la microgreffe de cheveux, le blanchiment des dents ou l’épilation laser.
L’obligation médicale se définit alors davantage comme une obligation de moyens, c’est-à-dire que le médecin doit tout mettre en œuvre pour parvenir à l’objectif recherché par la patiente. Le chirurgien est, lui, juridiquement tenu par une obligation de résultat.
Si la chirurgie esthétique apparaît il y a plus de 5 000 ans (les Égyptiens réalisaient déjà des rhinoplasties, les Romains des corrections de paupières et Sarah Bernhardt a bénéficié de l’un des premiers liftings), la médecine esthétique a, pour sa part, été initiée et développée dans les années cinquante. Ce sont les médecins généralistes, souvent au détriment des dermatologues, qui ont été les plus innovants et qui ont, les premiers, tenté de répondre aux demandes de plus en plus fortes de leurs patientes en matière de rajeunissement. C’est donc dans l’intimité des cabinets médicaux de proximité, puis dans les laboratoires, qu’est née la médecine esthétique. Elle trouve principalement son origine dans la crainte, par les patientes, des ratages, toujours possibles en chirurgie, ainsi que de leurs effets irréversibles. Moins anxiogène, elle propose des interventions « lights » dont les avantages peuvent se résumer en quatre arguments massue :

  • Absence d’anesthésie ou anesthésie locale
  • Rapidité des séances
  • Effets secondaires très circonscrits
  • Résultats naturels

Ses découvertes ont révolutionné le monde de la beauté.

0

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article: